top of page
Rechercher
  • Jean-François Denis

Dernière porte ouverte


Avril 2020, je regarde la façade du 33 avenue de la République à Lomme.

Je suis déjà venu là par le passé, lors de journées portes ouvertes des ateliers d’artistes. Plusieurs fois. Avec curiosité. Pour Yvon Delaporte et pour les souvenirs de mon adolescence…

J’ai croisé Yvon Delaporte, il y a bien longtemps. Dans les années 70. Un grand gaillard à la barbe taillée. Puis dans les années 2000, un homme à la barbe en broussaille.

Trente années de recherches, de tâtonnements, d’évolution avant de trouver, de se trouver peut-être…

La petite porte s’ouvre, le bouton du compteur est enclenché, la lumière jaillit…

Des toiles accumulées, les dernières d’Yvon puisqu’il nous a quittés le 2 janvier. De la couleur, pleine, joyeuse, déposée avec maîtrise. De la couleur encore, toujours…

A droite dans le coin, un fatras au milieu duquel trône un porte-manteau qui porte un chapeau, jeté là à la va-vite…

Et sur les murs, la vie d’Yvon, des photos de ses filles et de leur famille, des photos et des mots de ses amis au milieu d’une multitude d’articles de journaux agrafés, entrelacés, traces de son histoire, de ses expositions, des hommages multiples rendus à sa peinture. Encore des photos, des mots d’artistes régionaux reconnus qui s’adressent à lui en Frère, en égal. La vie artistique du Nord de ces quarante dernières années défile ainsi dans un parfum de nostalgie. Une exposition chez Mischkind avec Jean Dubuffet, un mot de Bram Van Velde, une photo de Jean Roulland, une rencontre avec Arlette Chaumorcel, une invitation de Denis Vanthournout dont il affirme l’authenticité… Preuves que la pléiade d’Yvon était marquée du sceau de l’exigence et du géni artistique. Preuves qu’il fut un artiste de son temps, reconnu, respecté, admiré.

Sur les murs aussi, des phrases écrites, peintes, jetées encore : « La vérité n’est jamais si grande que dans l’humiliation de celui qui l’annonce. (Christian Bobin) » « Le plus grand péché du monde moderne est de refuser l’invisible (Julien Green)». « Il n’est pas possible de croire raisonnablement contre les miracles. (Pascal, les Pensées)». Yvon était un mystique et un lettré, sa peinture était la voix de ce à quoi il croyait, les murs de son atelier crient la fulgurance de son geste artistique.

Au fond de la pièce, à droite, un escalier, étroit, ardu qu’il faut presque escalader pour accéder au lieu de la création. Au mitant, une étape, un étage presque vide où seule trône une cheminée. Une étape comme la nécessité du temps à prendre pour accéder au Saint des Saints, pour prolonger la verticalité du chemin. De nouveau l’escalier, ardu, pentu, toujours. Et enfin l’atelier…

Ici, plus de toile, plus d’œuvre, l’artiste n’est plus là. Ici, juste ce qu’il reste, comme lorsque la mer s’est retirée. Ici, les laisses du travail accompli. Un sol jonché de peinture sèche, au fond, une table couverte de pinceaux, une chaise, un bidet qui a servi de réceptacle aux restes de peinture, creuset d’une alchimie colorée. Quelques châssis, des cadres vides… Et la lumière du jour qui surgit d’une fenêtre pour éclairer ce qui existe encore des traces de la création.

Dans un coin, au sol, je découvre une photo, celle de deux mariés, en costume et en robe blanche, assis dans cette pièce au milieu des tubes de peinture, des pinceaux, et devant eux, Yvon les peignant, célébrant leur jour de noces. Photo étrange pour dire la vie qui s’est révélée ici pendant plus de trente ans à travers le regard d’un artiste, photo pour dire que ce que nous raconte la peinture d’Yvon Delaporte, c’est le vivant révélé, le non-dit auquel il nous est permis d’accéder…

Il est temps de redescendre… de revenir parmi les hommes, dans le monde, au rez-de-chaussée. Et d’y retrouver les toiles qu’il a laissées. Les dernières, l’ultime de son Œuvre. La petite porte s’ouvre sur l’avenue de la République et sa circulation, sur les gens qui la traversent, ces gens dont Yvon a peint les visages tant et tant de fois…


Jean-François DENIS

59 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


YVON DELAPORTE

Artiste peintre

bottom of page